account_balance POURQUOI LES HOMMES NE LISENT PAS ?

POURQUOI LES HOMMES NE LISENT PAS Dans les milieux du livre cette question revient couramment. Dans les salons et autres foires de livres et même dans les librairies on remarque davantage de femmes que d’hommes. Et ce n’est pas seulement dans le domaine des livres que cela est manifeste. A part les stades de football, la présence des femmes est manifeste dans tous les domaines. A commencer dans les églises, les meetings politiques, les mariages, les baptêmes, Facebook les funérailles, les rencontres de parents d’élèves ou de quartiers. Les hommes politiques le savent si bien que c’est sur les femmes qu’ils comptent pour gagner une élection. Sans une participation massive des femmes toute élection est perdue d’avance. Les hommes, comme à leur habitude, parlent beaucoup et agissent peu. En appuyant sa stratégie sur eux, la défaite est garantie. Dans toutes les industries et le commerce le produit doit intéresser la femme pour qu’il soit rentable. Même pour l’achat d’une maison ou d’une voiture les concepteurs cherchent à plaire, d’abord, à la femme. C’est elle qui détient le pouvoir d’amener l’homme à l’achat. Ne parlons pas de leur présence massive au marché et dans les grandes surfaces. Pour moi, la femme est l’industrie invisible. J’en parle, un peu plus en détail, dans une de mes chroniques qu’on trouve dans mon livre : « Les piments de la nuit. » Dans toutes les grandes écoles de commerce et de communication existent des cours pour capter l’attention de ce sexe puissant. Dans mon livre : « Comme une femme enceinte », je donne un extrait de cours sur la puissance de la femme pour faire monter la vente d’un produit. Cette puissance de la femme remonte depuis sa création quand elle réussit à faire chuter le premier homme sur la terre, avec bien entendu, l’appui du grand maitre de la séduction et du mensonge. A cause de la femme, Adam a désobéi à Dieu. Dès lors, la cause était entendue. En matière de lecture et du livre les éditeurs le savent si bien. Comme la quasi-totalité des panneaux publicitaires dans toutes les villes du monde, pour attirer, la femme doit figurer à la première page de couverture. Un article du magazine Ebony écrivait qu’un livre qui n’est pas écrit par une femme ou qui n’intéresse pas une femme a très peu de chance d’émerger. Un auteur français a été plus cinglant : « Que serait la littérature sans les femmes. » Néanmoins, il serait injuste de dire que les hommes ne lisent pas. Ils irisent et même beaucoup, mais pas du tout ce qui est imaginaire ou qui fait rêver comme le roman. Les hommes aiment tout ce qui est polémique tels que les journaux et les magazines. Tous les matins il leur faut leurs doses quotidiennes de haine comme s’ils prenaient leur café noir ou moulu. Vous verrez très peu de femmes se rendre dans un kiosque acheter un quotidien. Elles n’y trouvent pas du tout leur bonheur. Les livres achetés par les hommes sont ceux qui critiquent un homme, un système politique ou économique. Toujours dans l’agitation mentale et physique peu d’hommes ont le temps de rester assis plus d’une heure d’horloge dans un fauteuil pour lire un ouvrage qui pourrait leur donner de l’imagination, donc de la création nécessaire dans leurs activités professionnelles. En plus, dans leurs budgets, ils consacrent tout ce qui pourrait revenir aux livres d’imagination à la consommation d’alcool, de repas plus ou moins bien cuits dans des restaurants. Et surtout à des dépenses relatives aux...femmes. Dans le lit où ils pourraient lire, leur esprit est accaparé par le loyer à régler dès la fin du mois, ainsi que les factures d’électricité, de consommation d’eau, de la popote journalière. Les produits vivriers augmentant chaque semaine, selon les femmes. Et cela depuis des siècles. Le pauvre homme trouvera absolument le livre cher et se donnera bonne conscience en s’en prenant à la littérature et surtout aux auteurs. Comme tout politicien si l’écrivain, je dis bien l’écrivain et non l’auteur, la presse et notamment la télévision en font une confusion énorme, tout celui qui écrit un livre n’est pas un écrivain, oui si l’écrivain comptait sur l’homme il serait pauvre et entrainerait son éditeur dans la faillite. Le constat est net et accablant. L’homme ne lit pas. Que faut-l faire pour l’amener à la littérature et le soustraire des écrits polémiques préjudiciables à leur moral et à leur santé ? Il faut absolument aller les chercher sur les réseaux sociaux. Présenter les livres en faisant ressortir les aspects qui pourraient les intéresser. Moi, j’ai compris, assez tôt, en suivant la littérature classique russe que trois thèmes intéresseront tous les lecteurs et dans tous les siècles : La femme. Le pouvoir. Dieu. Un autre COMPRENDRE le mois prochain. En attendant, aimez Dieu, ainsi que votre prochain.


Publier : 19/07/2017 à 13:15     Vues : 755

Contact

call(+225) 07174703 / 47048456

move_to_inbox01 BP 1337 Abidjan 01

emailinfo@fanclub-ibk.com

languageCôte d'Ivoire / Abidjan

location_onCocody / Angré Terminus 81-82


Laissez-nous un messagecomment

© Copyright 2018 - IBK
add